Pour la défense des valeurs de notre profession

25 février 2021 :

Nous en parlons régulièrement, que ce soit sur notre site, sur les réseaux sociaux ou encore de vive voix avec de nombreuses entreprises qui nous font part de leurs expériences et attentes : la proximité et la confiance sont deux piliers dans le domaine du transport. Pour que ces deux piliers fonctionnent, il est nécessaire que nous, transporteurs, garantissions en interne la qualité de notre chaîne logistique.

 

Cultiver pleinement le sens du service

Quand on confie ses biens à un transporteur, on place en lui notre confiance et on compte sur lui pour en garantir la sécurité.

Beaucoup de sociétés évoquent pourtant des problèmes de suivi, l’absence de données claires quand un problème survient et les minutes voire les heures perdues pour dénouer certaines situations (colis bloqués, perdus, détériorés, non livrés plusieurs fois…). La plupart d’entre elles ne disposent pas d’un interlocuteur de référence qu’elles peuvent joindre à tout moment pour les aider et trouver les solutions. Mieux encore, d’une personne qui puisse, grâce à son suivi, anticiper et éviter tout simplement ces difficultés au maximum.

C’est à ce moment que la proximité fait toute la différence et c’est précisément cette valeur que nous cultivons. Chaque client mérite notre attention et notre disponibilité. Nous apportons chaque jour, en plus du transport d’un point à un autre, tout le service qu’il est en droit d’attendre : aide pour les formalités douanières, suivi des envois et démarches pour lui faire gagner un temps précieux, conditionnement des marchandises, contacts dédiés…quels que soient ses volumes d’expédition. Avec la proximité se consolide la confiance et vice-versa.

 

Garantir des conditions optimales en interne

Cette qualité de service, ces valeurs de proximité et de confiance ne sont cependant possibles que si elles sont également mises en pratique en interne chez le transporteur.

La réalité du monde du transport ne reflète malheureusement pas toujours ce souci du client et des collaborateurs. De nombreux articles de presse évoquent les conditions de travail parfois désastreuses notamment des chauffeurs de camions, la dégradation des salaires, les horaires excessifs, la concurrence déloyale qui en découle et fausse le marché, sans parler des problèmes d’insécurité routière. Les syndicats dénoncent ces dérives inacceptables, qui perdurent alors même que les bénéfices continuent de croître chez certains acteurs du transport mis en cause. Elles impactent souvent directement les sous-traitants de ces entreprises, qui subissent de plein fouet ces contraintes et peinent pour survivre.

Face à ces constats qui entachent notre profession, notre position est claire : il ne peut y avoir de travail bien fait sans respect des conditions de travail de nos chauffeurs et plus généralement de tous nos employés, sans le souci de la sécurité de chacun et des marchandises de nos clients. Il ne peut y avoir de saine concurrence sans respect des bonnes pratiques et de ses confrères. Il ne peut y avoir de transport au sens noble du terme que si nous sommes alignés avec nos principes et que nous les appliquons au quotidien. En tant que transporteur genevois, nous nous battons avec le concours essentiel de nos clients pour que ces mots aient du sens.